QNET, un “réseau d’escroc” selon le gouvernement

Le représentant de l’exécutif dans la province du Boulkiemdé tire la sonnette d’alarme.

Dans une correspondance en date du 3 avril et adressée à tous les maires des communes de sa province, le Haut-Commissaire s’insurge contre les “effets négatifs liés aux pratiques des représentants indépendants de l’Association professionnelle QNet”.

Pour Amidou Soré, il s’agit d’un “réseau d’escrocs”, qui a recours à des “pratiques dolosives” pour convaincre les jeunes à adhérer à leur association. Mais en lieu et place des “grosses retombées financières” qui leur ont été promises, ces jeunes finissent par se faire “gruger”.

Alors, le Haut-Commissaire du Boulkiemdé lance une croisade. Il invite les maires à “entreprendre des actions d’information et de sensibilisations” à l’endroit des administrés. Pour lui, il est urgent de faire prendre conscience aux populations des “dangers encourus si elles se laissent aller à des solutions de facilité”.

QNet est une société qui pratique la vente “pyramidale. Ses activités sont interdites dans plusieurs pays comme la France, le Canada, la Belgique ou encore le Rwanda”. QNet est régulièrement accusée d’arnaquer les vendeurs de ses produits.

La société se développe ces dernières années sur le continent africain. Avant son interdiction au Rwanda, elle y avait tenté, dans un premier temps, de commercialiser des sous-verres censés protéger du sida.