Présidentielle de 2015 : Me Sankara sonne la rupture à 6000 milliards

En lice pour l’élection présidentielle, le candidat de l’Union pour la renaissance, parti sankariste (UNIR/PS) a présenté le jeudi 5 novembre 2015 son programme avec lequel il compte gouverner le Burkina.

C’est un programme dit de « rupture » parce que, explique Bénéwendé Sankara, faut rompre d’avec toutes les méthodes de gouvernance du régime de l’ex président, Blaise Compaoré.

Pour un coût global estimé à plus de 6000 milliards, le programme de société du candidat de l’UNIR/PS est axé autour de dix points essentielles. La relance de l’économie, la réorganisation du secteur de l’emploi, l’accessibilité des populations aux services de santé ainsi que la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables, sont des défis immédiats.

Estimant que l’économie du Burkina se trouve dans un état peu reluisant, Bénéwendé Sankara fait le choix d’un capitalisme d’Etat. Par ce système économique, le candidat de l’UNIP/PS affirme que l’Etat va pouvoir jouer un véritable rôle dans la promotion d’une économie saine, par une lutte contre la corruption.

Il promet également la réduction de 30% du train de vie de l’Etat.

Selon son directeur de campagne, Alexandre Sankara, 46% des Burkinabè vivent en dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire, avec moins de 500 FCFA par jour. Pour lutter contre la cherté de la vie, le programme alternatif sankariste annonce une réduction de 30% des prix des biens de première nécessité comme le riz, l’huile, le sucre et le carburant.