Les Socialistes français se désolidarisent

Le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone en visite au Burkina s’est prononcé sur la politique de son pays dans le cadre de l’élection présidentielle. Pour lui, les Socialistes, sa famille politique est dans des difficultés qu’il faudra résoudre au plus vite. 

En effet, pour la présidentielle à venir, les Socialistes ont deux candidats dans la course. Une première qui ne laisse pas indifférents observateurs et analystes politiques. Claude Bartolone a confié que la situation est très complexe pour les Socialistes avec les candidatures de Benoit Hamon et Emmanuel Macron. Il estime qu’au regard de cette situation, il est de la responsabilité des Socialistes de se rassembler au moment des élections. En somme, il faut s’unir ou perdre.

Il y a de fortes chances opinera-t-il, qu’il n’y ait pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale pour les prochaines élections d’où la nécessité pour toutes les parties de mettre en avant les priorités. Pourtant, s’il n’y a pas de majorité, la gestion et l’animation de la vie parlementaire s’en trouveraient entachées. En tout état de cause, Claude Bartolone rassure. La continuité des projets entre l’Assemblée nationale burkinabè et celle française n’en prendra pas de coup et ce, quel que soit les résultats au soir des élections.