Les marchés douteux du gouvernement Kaba

“Ce n’est pas conforme à la loi, mais on peut y aller, puisque nous avons une couverture”. Voilà  résumé l’esprit d’une correspondance entre deux ministres du gouvernement de Paul Kaba Thiéba, et dont Kamanews a eu copie.

En date du 14 mars, le ministre en charge des Finances donne suite à trois requêtes qui lui avaient été adressées par son collègue de l’Eau et de l’Assainissement. Rosine Coulibaly donne à Niouga Ambroise Ouédraogo une “autorisation pour le recours à des consultations restreintes accélérées”.

L’argentière nationale, dans sa correspondance, dit marquer son accord, en relevant toutefois “l’absence des preuves de qualification des entreprises et bureaux consultés”. Des preuves qui, poursuit Rosine Coulibaly, sont une “condition de recevabilité de la requête” de son collègue Niouga Ambroise Ouédraogo.

Enfin, le ministre en charge des Finances fait savoir à celui de l’Eau et de l’Assainissement que les motifs qu’il a évoqué pour recourir à cette procédure exceptionnelle “ne s’inscrivent pas dans le champ d’application” des textes règlementant les marchés publics au Burkina.

Mais qu’à cela ne tienne, les “enjeux” du projet justifie des dérogations qui frisent le viol de la loi. La liste d’entreprises proposée est validée. Vingt auront en charge les travaux et quinze autres assureront le contrôle.  Les marchés ont trait à la réalisation de forage et de système d’Adduction en eau potable simplifié.