“Les femmes continuent d’être violentées et exclues…”

L’union nationale des femmes de l’UPC (UNF/UPC) à l’occasion de journée internationale de la femme a publié une déclaration dans laquelle elle fait remarquer que malgré les dispositions légales, des femmes continuent de faire l’objet de violences et d’exclusion. 

“Les femmes du Burkina Faso, à l’instar de celles de nombreux pays du monde, célèbrent la journée internationale de la femme le 8 mars” et selon les femmes de l’UPC, “c’est une occasion pour les organisations de femmes de marquer une halte sur leur lutte afin de faire le point de leurs réalisations, de célébrer les victoires, de mesurer les progrès et de tirer les leçons afin de faire des projections pour le futur.” Célébrée en 2017 sous le thème : « la valeur morale de la personne humaine : responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes” l’UNF/UPC estime que le thème est d’actualité. Cependant, malgré la loi portant prévention, répression et réparation des violences à l’égard des femmes et des filles ;  et d’autre part, prise en charge des victimes “une certaine catégorie de femmes continuent d’être violentée et exclue de leur milieu de vie par allégation de sorcellerie sous le silence complice de la communauté”.

Les femmes de l’UPC estiment que “pour venir à bout de ce phénomène, (…) il faut poser des actes concrets visant à rétablir les femmes violentées dans leurs droits.”