Les confessions des policiers révoqués à la CODER

La coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) et les policiers radiés se sont rencontrés ce vendredi 10 mars 2017 au siège de l’ADF/RDA qui assure la présidence tournante de la CODER. Selon Me Gilbert Noël Ouédraogo, cette rencontre a permis aux policiers révoqués de présenter à la CODER leur situation mais aussi à la CODER de se faire connaitre par les visiteurs.

“Nous avons été touchés par leur situation vu les circonstances dans lesquelles ils ont été sanctionnés” a confié Me Guilbert Noël Ouédraogo avant d’ajouter qu’il y a un certain nombre de points qui méritent qu’ils soient écoutés. Il les a invités à poursuivre les démarches pacifiques dans le respect de la légalité et dit espérer que tout cela va concourir à la réconciliation nationale. Le président de la CODER a indiqué que sa structure reste disponible pour accompagner toute personne qui souhaite faire de la réconciliation nationale une réalité au Burkina.

Le porte-parole des policiers révoqués, Mahamadi Tidiga dira que cette rencontre est une aubaine pour eux, à partir du moment où la CODER prône la justice et la réconciliation nationale. Il précisera que le huis-clos avec la CODER a permis de faire connaitre des non-dits qui ont stigmatisés leur situation. Et c’est dans ce sens que Mahamadi Tidiga confiera que parmi eux, certains n’ont pas du tout pris part à la mutinerie. La mutinerie n’était en plus pas en direction de la population, mais une revendication de meilleures conditions de vie et de travail pour les policiers ; la mutinerie visait certains supérieurs dont les actions avaient tendance à nuire à l’administration de la police expliqent les révoqués. Ces derniers se sont dits satisfaits de la rencontre car pour eux, la CODER a été d’une oreille attentive.