Les chantiers du Premier ministre Thiéba

Il aura fallu plus d’une semaine au président du Faso, après son investiture, pour dénicher l’homme qu’il lui faut pour occuper les fonctions de chef de gouvernement.

Un temps mis pour trouver une personne « qui ne traine pas de casserole », a confié à kamanews une source proche du président Kaboré.

Nombreuses sont les attentes, et les Burkinabè exigent de leurs dirigeants qu’ils soient des modèles, de probité, entre autres.

Dans ses déclarations après sa prise du pouvoir, le président Kaboré a indiqué que son gouvernement va travailler à améliorer l’accès à l’éducation, à la santé et à l’eau potable.

A cela s’ajoute la nécessité de relancer l’économie nationale, mise à mal par les incertitudes et les troubles politiques dans lesquelles le pays s’est trouvée au cours des deux dernières années.

C’est une feuille de route tracée pour Paul Kaba Thiéba, qui devra également donner du sens aux promesses de gouvernance dans le dialogue faite par le nouveau président.

Les organisations syndicales ont récemment fait savoir qu’il n’y pas lieu de parler de trêves sociales.

Plusieurs de leurs revendications n’ont pas reçues de réponses satisfaisantes.

Pour l’immédiat, une partie de l’opinion ici attend des mesures fortes, à même d’impacter à la baisse le coût de la vie.

A 55 ans, ce père de 3 enfants qu’est Paul Thiéba va être l’homme du changement. C’est du moins ce que souhaite la majorité des Burkinabè qui, faut-il le rappeler, vit avec moins de 2 dollars par jours.