Le Burkina reste solvable, malgré tout

Selon l’agence de notation américaine standard et poors, le coup d’état du 17 septembre n’a pas eu de répercussions substantielles sur les capacités du Burkina à rembourser sa dette.

L’agence de notation américaine standard et poors (S & P) maintient la note du Burkina à B/B- de long et moyen terme avec perspective stable.  Avec des pertes estimées à plus de 50 milliards de F CFA selon le gouvernement burkinabè, la nouvelle étude publiée par l’agence de notation économique américaine tient compte des récents évènements du 17 septembre 2015.

L’agence de notation explique s’attendre à une baisse des recettes, en raison de la crise. Elle écarte cependant  l’éventualité d’un dérapage fiscal majeur, étant donné que le gouvernement a reporté d’importantes dépenses d’investissements.

L’agence table sur un déficit de -2,5% et  un recul de 4% du PIB en 2015 et 2016 respectivement. Par contre l’endettement du pays devrait rester relativement stable à 29,6% et 31,3% du PIB en 2015 et 2016, contre 28,2% en 2014 a précisé l’agence.

Selon les dernières estimations de l’agence, l’économie burkinabè devrait croitre de 4% cette année et de 6% en 2016.

Standard and Poors fait partie de la famille des agences de notation financière. Et ces agences sont des  organismes chargés d’évaluer le risque de non-remboursement de la dette d’un Etat, d’une entreprise ou d’une collectivité locale, ou d’un emprunt faisant partie de cette dette. Ces organismes sont rémunérés par le demandeur de notation. Les agences de notation financière insistent sur le fait que leur notation est une opinion. Elles ne garantissent rien à personne et s’estiment être exonérées des conséquences de décisions prises d’après cette opinion.