La Sogemab au service d’une meilleure formation à l’ENSP

Du matériels didactiques, de travaux pratiques et de soins (aspirateurs, autoclaves, bassins osseux, mannequins, boîtes d’accouchement, boîtes de chirurgie, modèles anatomiques, mobiliers médicaux, simulateurs d’accouchement, placenta complet avec membranes), c’est le don fait par la Société de gestion de l’équipement et de la maintenance de biomédicale (Sogemab), à l’école nationale de la santé publique (Ensp)

D’une valeur de 337 588 592 FCFA, tous ces équipements à repartir entre les six directions de l’Ecole nationale de la santé publique, “sont conformes aux normes et standards internationaux, Communauté européenne, ISO, AFNOR”  foi de Daouda Traoré, Directeur général de la Sogemab

Cette dotation servira au “renforcement de nos activités pédagogiques”, a souligné la directrice générale de l’Ensp, Dr Martine Bonou/Bationo. 

Plutôt heureuse, elle a expliqué le processus d’acquisition de ce matériel : “nous avons soumis à la Sogemab qui est la référence nationale en matière d’équipements biomédicaux mais aussi de maintenance, une liste d’expression de besoins avec toutes les spécifications techniques. Avec la société, nous avons suivi toutes les étapes du processus et aujourd’hui, nous sommes heureux de réceptionner ces équipements qui seront répartis entre les six (06) directions régionales que sont Bobo-Dioulasso, Fada-Ngourma, Koudougou, Tenkodogo, Ouahigouya, Ouagadougou et la Direction de la formation supérieure en sciences de la santé(DFSSS)”.

La Sogemab est une société d’Etat créée en décembre 2013. Elle est chargée d’assurer, au nom de l’Etat et pour le compte de l’Etat, l’acquisition et la maintenance des équipements médico- techniques et hospitaliers.

Elle est chargée d’agir de même pour le compte des démembrements de l’Etat, des collectivités territoriales, des projets et programmes, des établissements publics de l’Etat et de tout organisme de droit public.

La Sogemab a aussi des missions d’homogénéisation qui doivent se traduire, notamment, par la limitation des marques par type d’équipement car cela est indispensable pour une bonne maintenance, la gestion optimale des pièces de rechange, la formation des utilisateurs, la formation des techniciens de maintenance et la réduction des coûts d’exploitation et de maintenance.