La promesse de Roch aux syndicats

C’est à la fois une expression de son exaspération et aussi, une main tendue à ceux qu’il désigne par l’expression “partenaires sociaux”. Dans son message à la nation à l’occasion de la fête nationale, le président du Faso leur dit sa “disponibilité” à toujours dialoguer avec eux. Mais attention, mentionne Roch Marc Christian Kaboré. Ce dialogue doit se faire “sans démagogie” et l’objectif des syndicats ne devrait pas être de faire plier le gouvernement, de le vaincre.

Dialoguons “sans excès ni faiblesse”, supplie le chef de l’Etat burkinabè. Pour lui, plus que la satisfaction d’intérêts corporatistes, cette prise de langue est le chemin pour “préserver la paix qui reste un de nos biens les plus précieux”.

Le président Kaboré est persuadé qu’en adoptant cette démarche pleine de responsabilité, “tout le reste viendra”, pas seulement les “agents publics”, mais pour tous “les fils et filles du Burkina Faso”.

Depuis plusieurs mois, le front syndical est en ébullition au Burkina Faso, avec des grèves de travailleurs dans plusieurs secteurs de l’administration publique.