L’UPC s’énerve contre son vice-président

L’exclusion de Louis Armand Ouali n’est plus qu’une question de temps, et de procédure à suivre. Celui qui est encore deuxième vice-président, chargé des affaires politiques de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) est, pour l’instant, officiellement suspendu.

C’est la décision prise samedi par le Secrétariat Exécutif National du parti.

La direction du parti annonce également son option de proposer au Bureau Exécutif National l’exclusion de M. Ouali.

L’UPC reproche à son vice-président des “violations des Statuts, du Règlement intérieur et des principes du parti”.

Pour le parti du lion, Louis Armand Ouali fait partie de “ces camarades manipulés, instrumentalisés et commandés pour, certainement, une mission de déstabilisation presque impossible du parti”.

Des militants qui refusent d’utiliser les espaces de débat internes au parti, préférant “pavoiser dans l’espace public”.

Ces derniers jours, la presse s’est faite l’écho de sévères récriminations de Louis Ouali à l’encontre du président du parti, Zéphirin Diabré.

En tous les cas, affirme l’UPC dans un communiqué, il n’y a pas de crise en son sein, malgré ce que tentent de faire croire un groupuscule qui opte pour une “trahison du parti”.