L’ex- otage Jocelyn Elliot dit merci à Djibo

Dans une vidéo d’une minute et demie en langue Fulfuldé, l’ex-otage australienne exprime sa reconnaissance à toute la population de Djibo pour le soutien “immense” dont elle a bénéficié “pendant son absence”.

Le regard crispe, l’air émue, Jocelyn Elliot dit également être “reconnaissante à Dieu” et aux gouvernements du Burkina Faso, du Niger et du mali qui ont contribué à sa libération.

A l’endroit de ses ex-ravisseurs qui détiennent toujours son époux, l’australienne de 80 ans a un mot : “je suis aussi reconnaissante a ceux qui ont accepté de me libérer sans condition. Ils savent que le travail que nous avons effectué depuis 44 ans a fourni des services chirurgicaux vitaux aux personnes de toutes fois et de toutes origines”.

Au sujet de son, époux, Jocelyn Elliot tente de garder l’espoir, malgré sa peur: “Nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve. Mon mari le docteur n’est pas encore libre, mais nous avons espoir qu’il le sera bientôt”.

Libérée, Jocelyn Elliot a rejoint Ouagadougou le 8 février. Elle avait été enlevée, en même temps que son époux, par des hommes se réclamant d’Al-Qaeda dans la nuit du 15 au 16 janvier dans la ville de Djibo où ils résidaient.