L’AG du Syndicat et de l’Association des journalistes a décidé

L’association des journalistes du Burkina (AJB) et le syndicat des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) ont organisé leur assemblée générale ce vendredi 19 mai 2017 au centre de presse Norbert Zongo. A l’ordre jour, la sécurité des reporters, les conditions de vie et de travail des journalistes du secteur public et privé et divers. 

Actualité oblige, l’agression du président de l’AJB, lors de la journée du paysan à Kaya a suscité beaucoup de réactions des journalistes. Ils ont condamné avec la dernière énergie cette agression qui n’est pas une première à l’encontre d’un journaliste dans l’exercice de son travail. Pour les hommes de médias, cette agression est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase car plusieurs confrères ont été agressés par les hommes de sécurité lors des reportages et cela à plusieurs reprises. Et la sortie médiatique du Capitaine Yé Guy (ndlr : chargé de communication de la gendarmerie nationale) sonne comme une menace pour les journalistes. Et comme pour répondre au capitaine, Sidiki Dramé, SG du SYNATIC a indiqué ceci « nous ne sommes en guerre contre personne, nous sommes des femmes et hommes qui nous battons pour donner une information saine au prix de plusieurs contraintes».

Pour ce qui est de l’agression du président de l’AJB, Sidiki Dramé a ajouté qu’ils sont en contact avec leur conseil pour voir quelle est la conduite judiciaire à tenir. Les journalistes sont soulevé la nécessité d’une mise en place d’un comité d’éthique et d’une feuille de route dans le but de faire respecter la profession mais aussi pour mieux protéger les journalistes dans l’exercice de leur travail.

Outre cette question sécuritaire, les conditions de vie et de travail des journalistes ont été abordées. Sur ce point les journalistes ont encore une fois de plus insisté sur la mise en œuvre de la convention collective ainsi que le fond d’appui à la presse privé.

Les deux organisations professionnelles s’insurgent également contre la réduction du nombre de genres journalistiques au Galian ainsi que la réduction du nombre des professionnels pour les concours professionnels.