Ils ont tenté de corrompre les gendarmes

Dans la soirée du 24 avril 2017, le procureur du Faso, près le TGI de Ouagadougou, Maiza Sérémé a animé une conférence de presse sur les motifs de l’arrestation de Kanazoé Inoussa, PDG du groupe Kanis International.

Essentiellement, le Procureur a retenu à l’encontre de l’homme d’affaires, des faits de fraude fiscale, de blanchiment de capitaux, de faux et usage de faux en écriture de commerce, d’abus de confiance aggravé, de tromperie de consommateurs pour avoir mis sur le marché du faux ciment,… Les faits se sont déroulés au moins depuis 2013 jusqu’en 2015.

Chose curieuse, depuis le début de l’affaire, expliquent les animateurs de la conférence de presse, les enquêteurs et la justice ont fait l’objet de multiples pressions. Selon le Capitaine Lompo qui a conduit cette enquête, il y a eu non seulement des pressions mais surtout des tentatives de corruption. Mais d’où pourraient venir ses pressions ? Pour le moins, selon le Capitaine, les pressions et les tentatives de corruption sont venues du monde économique. Certains ont promis de fortes sommes d’argent. Mais, “si nous avions cédé, ce soir (ndlr : 24 avril 2017) je serais multimilliardaires. Mais nous ne mangeons pas de ce pain” rassure le capitaine.

Puis au Procureur Sérémé de rassurer, les faits de “tentatives de corruption ne resteront pas impunies” également. Ce sera une affaire dans l’affaire.