Il faut que “les Nigériens acceptent se reconnaître dans les résultats qui vont sortir des urnes”, a déclaré Michel Kafando de l’Organisation internationale de la Francophonie. (AIB)