Guinée : l’opposition ne croit plus en la démocratie

Trois jours après leur coup de force, les militaires n’ont toujours pas décliné l’agenda de la gestion qu’ils entendent faire du pouvoir qu’ils ont récupéré des mains du Président Alpha Condé.

Mais pour les opposants guinéens, il n’y a pas de quoi se faire du souci.

Le premier d’entre eux, Cellou Dalein Diallo, a publiquement dit être « soulagé parce que, vraiment, l’armée nous a débarrassés d’une dictature ».

Et comme pour se justifier il explique, « qu’il n’y avait plus d’issue » pour la démocratie en Guinée avec Alpha Condé.

Au passage, le chef de file de l’opposition se montre indulgent avec les militaires, à propos de leur silence sur leur calendrier : « je pense qu’ils ne tarderont pas à le faire ».

En tous les cas, la première initiative de nouveaux détenteurs du pouvoir à Conakry a consisté à la libération des militants de l’opposition qui croupissaient en prison.

Rien n’a été dit, et, encore moins, fait quand à la cherté de la vie.

C’est pourtant dans l’espoir que vivre sera moins couteux que certains habitants de la capitale jubilent dans les rues depuis ce dimanche.