Guillaume Soro dénonce un « grossier » mensonge

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a réagi jeudi, à la diffusion d’un enregistrement d’une conversation présumée entre lui et le Général burkinabè, Djibril Bassolé.

Sur son compte Twitter, Guillaume Soro s’insurge contre un «fake », un faux.

Sans les citer, il s’en prend aux autorités burkinabè, l’air déçu : « je ne savais pas qu’on irait si loin ».

Guillaume Soro est suspecté par les dirigeants du Burkina Faso d’avoir, a tout le moins, soutenu les auteurs du coup d’Etat de mi-septembre.

Le putsch a été perpétré par le général Gilbert Diendéré et des éléments du Régiment de sécurité présidentielle, aujourd’hui dissout.

Le 21 octobre, monsieur Soro avait qualifié de « fallacieuses » ces accusations et promis de se prononcer,  lorsque sera terminée l’élection présidentielle du 25 octobre dans son pays.

Djibril Bassolé est détenu est en détention à Ouagadougou, poursuivi par la justice Burkina pour avoir été un des organisateurs du complot de septembre.

La publication de cette vidéo a été faite jeudi dans la matinée par le journaliste camerounais Théophile Kouamouo.

Certains analystes le considèrent toujours comme proches de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo.