Formation du gouvernement : Zeph et Salif sont d’accord

Les tractations se poursuivent pour la formation du premier gouvernement du président élu Roch Kaboré. Qui sera membre de cet exécutif ? Au sein du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), la réponse est fonction du camp auquel l’on s’adresse.

Mais l’idée d’une équipe qui fera place aux poids lourds de l’ancienne opposition a été évoquée, et continue de l’être, dans une certaine mesure. Le camp de Roch Kaboré a ainsi envisagé de lancer « un appel » à tous ces camarades de la lutte finale, pour gouverner « ensemble ». 

Une telle démarche aura comme avantage, entre autre, d’éviter aux destinataires de cette invitation de donner l’impression qu’ils font la course aux postes.  Une image qui, du reste, ne plait pas Roch Kaboré lui-même. Dans une interview accordée à la BBC avant son élection, il avait affirmé : « il y aura une autre manière de faire la politique, que de courir après des postes politiques dans ce pays la ».

Si cet appel est fait, la probabilité est forte que les gauchisants de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) rejoignent le navire rochiste, ne fusse qu’à titre personnel.

Cette forme d’ouverture est rejetée par le courant Salif Diallo, en raison, justement, d’une possible venue d’éléments de l’UPC.  

Les différents courants qui cohabitent au sein du MPP se mènent une bataille de leadership. Pour les Salifistes, des appuis venus de l’UPC  vont renforcer le camp des Rochistes, et tant que faire se peut, il faut empêcher la survenue de cette éventualité.

Et c’est que là que la jonction se fait entre Salif Diallo et Zéphirin Diabré. Le patron de l’UPC a fait le choix de demeurer dans l’opposition. De ce fait, il ne veut donc pas voir un des siens dans un conseil des ministres présidé par Roch Kaboré.  Zeph ne veut pas aller à la soupe, et Salif ne veut pas l’y voir.  

Tout sera donc une question d’opportunité interne au sein du bientôt parti présidentiel : tout décision d’ouverture ou non du prochain cabinet ministériel se fera au regard de son impact sur la cohésion interne du MPP.