Elections au Burkina : L’Europe veut un contrôle des “financements privés”.

Pour rendre le processus électoral plus transparent et sincère, l’Union européenne a formulé une vingtaine de recommandations aux parties concernées. La primeur de l’information a été réservée au président du Faso par Cécile Kashetu Kyengé. La chef de la mission d’observation électorale de l’Union européenne des élections de 2015 lui a remis un document qui préconise l’adoption d’une “législation régissant le financement privé” des partis politiques. Il est également recommandé “l’établissement d’un plafonnement des dépenses de compagne”, ainsi qu’une obligation, pour les candidats, de publier leurs rapports financiers.

Selon les observateurs européens des élections législatives et présidentielle du 29 novembre, de telles mesures devraient renforcer l’indépendance des partis politiques.

Le rapport de l’Union européenne déplore la participation des femmes à la vie politique, qui reste “limitée”. Pour modifier la donne, il propose l’introduction du système d’alternance sur les listes, assorti de sanctions contre les tous les partis qui viendraient à ne pas respecter cette disposition.