Cinq personnes expulsées de Dédougou

Il n’y a plus de manifestations de rue à Dédougou, mais la tension est loin d’être retombée. Selon des informations de Kamanews, plusieurs personnes ont dû quitter la ville ce dimanche, avec toutes leurs familles. Ces départs précipités ont été ordonnés par le chef de canton, qui avait promis de sévir contre les instigateurs des saccages des locaux de la gendarmerie et de domiciles de certains gendarmes.

Aux nombres des personnes expulsées, se trouvent le responsable local du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP), ainsi qu’un responsable d’une association de jeunes commerçants.

A la demande du chef de canton, tous les villages relevant de son autorité ont dépêché ce matin à Dédougou des groupes de jeunes gens, prêtes à mettre en exécution toute mesure qu’il viendrait à ordonner.

Aucune présence de forces de sécurité n’est visible dans la capitale de la province du Mouhoun.

Le 3 mai, la ville a été le théâtre de manifestations violentes d’une foule qui s’est attaquée à la gendarmerie, à qui elle reproche la mort d’un gardé-à-vue.