Aux Finances, Madame fait la sourde oreille

Le syndicat national des agents des Finances(SYNAFI) a échangé avec les hommes de médias ce jeudi 23 février à Ouagadougou. Cette conférence avait pour objectif d’informer l’opinion publique de la situation qui prévaut au sein du département de l’économie et des Finances et les perspectives.

Pour le secrétaire  général du SYNAFI, Mohamed Sawadogo, le climat est délétère au sein du ministère. Il se traduit par le non respect de la plate-forme minimale transmise par  le SYNAFI à madame le ministre depuis mars 2016 portant sur un ensemble de préoccupations relatives à l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents, notamment le non respect des profils dans la responsabilisation des acteurs et l’équité dans la répartition des motivations financières servies à l’ensemble des agents du département.

Selon le SYNAFI, malgré de multiples études proposant des solutions pérennes sur la question, madame le ministre a mis en place un comité de réflexion. Les travaux dudit comité ont débouché sur un projet d’arrêté qui à son tour a fait l’objet d’amendements des différents  acteurs dont madame la ministre elle-même.

Cependant contre toute attente, à la phase de signature devant marquer son application, madame la ministre a refusé de signer le projet d’arrêté selon toujours le SYNAFI. Cette attitude non constante et méprisante de l’autorité à leur égard est inacceptable. Ainsi, défendant son revirement spectaculaire lors de la réunion du 03 février 2017 avec le SYNAFI, la ministre a laissé entendre ses convictions et assurances sur sa position et par conséquent, peu importe leur marque de confiance à son égard a confié Mohamed Sawadogo, SG du SYNAFI.

Cette situation a conduit à un sit-in depuis le 06 février dernier. Et depuis ce déclenchement le SYNAFI affirme qu’aucune rencontre n’a eu lieu entre les grévistes et la ministre. En perspectives, il est prévu une grève de 120 heures à compter du lundi 27 février à l’issue de laquelle le SYNAFI entend durcir le mouvement si rien n’est fait.