Attaque d’une caserne : l’armée burkinabè réfute toute négligence

Face aux critiques qui mettent en cause le niveau de sécurisation de ses installations, les militaires du Burkina se défendent : « Il n’y a pas eu de négligence sur le site de Yimdi », a affirmé vendredi soir le Commandant Mahamadi Bonkoungou. Du reste, précise-t-il, la réaction de la garde postée sur place « a été appropriée ».

Les assaillants sont repartis avec « quelques kalachnikov ».

L’enquête sur cette attaque du 22 janvier contre une poudrière située à une quinzaine de kilomètres de Ouagadougou se poursuit. Elle a permis l’arrestation de 11 suspects. Tous sont membres de l’ex Régiment de sécurité présidentielle, une unité de l’armée aujourd’hui dissoute.

Sept personnes sont actuellement recherchées par les enquêteurs militaires.